Logo
rellotge
sol19º
Barcelona
nuvols_parcials21º
Perpignan
sol16º
Girona
nuvols_parcials14º
Toulouse

Mercredi 22 novembre 2017. 15:21h

Blogs > Daniel Pujol > Le lien entre la tradition et le passé est souvent une fiction


Vendredi 31.10.2008. 21:00h

Le lien entre la tradition et le passé est souvent une fiction

Modernité et tradition sont souvent présentées comme opposées, mais un recul critique relativise cette opposition : toutes deux sont des dynamiques éloignées de l’image à laquelle elles sont généralement associées.
Sardane avec pantalons en Jean's - Barcelone, 2007 Sardane avec pantalons en Jean's - Barcelone, 2007

La tradition, dans une conception générale en France, serait opposée à la modernité : le journal télévisé de 13h présenté par le journaliste Jean-Pierre Pernaut sur TF1 nous ferait croire au devoir de protéger les traditions, victimes de l’évolution de notre société, au risque d’y perdre les fondements identitaires et de sombrer dans une fuite en avant qui nous déconnecterait du passé et nous déracinerait. Le message implicite semble être celui de sauvegarder les traditions pour conserver les identités. Cette connexion entre identité, passé et tradition, évidente pour le plus grand nombre, ne l’est pas : historiens et anthropologues ont démontré, preuves à l’appui, que la continuité avec le passé représentée par la tradition est le plus souvent fictive. Ainsi, la tradition n’est jamais figée dans le temps et peut même être totalement inventée, selon l’historien Eric Hobsbawm. Elle peut ainsi être instrumentalisée politiquement, comme lorsque Britanniques et Français dans l’Afrique coloniale parvenaient à légitimer leur pouvoir et à organiser une société hiérarchisée clairement définie, dans laquelle les Européens commandaient, et les Africains obéissaient, chacun dans un système commun de fierté et de loyauté. Pire, et surprenant, les Africains eux-mêmes firent usage de traditions inventées pour servir leurs intérêts, en créant parfois de toutes pièces des tribus et leurs traditions.

Une connexion Pétain / Journal de TF1

En France, le Maréchal Pétain s’est appuyé, pendant la seconde guerre mondiale, sur la tradition rurale, qui rappelle à bien des égards la tradition invoquée quotidiennement par Jean-Pierre Pernaut dans la France de 2008. Vu l’idéologie du premier et la vision figée de l’autre, l’idée d’une tradition en mouvement, plutôt que congelée, devient une chimère monstrueuse, une union des contraires inadaptée à la vie moderne et à la jeunesse. Mais peut-on réellement concilier tradition et modernité ? Rien ne semble l’empêcher ce sont deux dynamiques. Dans le domaine architectural, le musée juif de Berlin qui présente une structure métallique moderne en prolongation d’un ancien bâtiment, tout comme la coupole en verre du Bundestag, encore à Berlin, sont-ils une alliance réussie entre tradition architecturale et modernité ? Certains aiment, d’autres détestent, mais l’audace est réalisable, avec parfois des enjeux politiques : lorsque Barcelone décide de reconvertir ses arènes historiques en centre commercial qui conservera les façades d’origine, lorsque la ville de Figueres transforme ses arènes en centre sportif ultramoderne, la tradition s’associe à la modernité sur fond de concurrences identitaires, la corrida liée aux arènes représentant l’Espagne uniforme.

Sardane et Castellers, des traditions inventées

Si modernité et tradition sont compatibles, la tradition, souvent représentée en France comme figée dans le temps, voire liée à l’extrême-droite, n’est en réalité pas du marbre mais plutôt du myrte, cette plante grimpante utilisée dans l’architecture florale qui change d’aspect au fil du temps et peut être façonnée par la main du jardinier. Mais il est surprenant de constater que les pratiques associées à la représentation que nous avons de la tradition peuvent faire preuve de plasticité et sont susceptibles de s’adapter aux exigences de la modernité, sur le fond et sur la forme. Ainsi, la sardane, argument touristique prétendument historique et traditionnel, se danse aussi avec des Nike aux pieds, sans sacrilège, l’essentiel résidant dans le respect de la « tradition » et son avenir. La sardane est d’ailleurs une tradition inventée, à la faveur d’un déficit identitaire, au milieu du XIXème siècle, sous l’impulsion du musicien de Figueres Pep Ventura. Il en est de même pour les castellers, pyramides humaines perçues comme antiques, mais en réalité créées au XVIIIème siècle et généralisés seulement après les J.O. barcelonais de 1992 ! Si la tradition est évolutive, la modernité est parfois figée dans le cadre contraignant de la nouveauté.



Commentaires

#8. vegas 01.4.2017. 19.30h

parfait comme point de vue


#7. M.G. 01.6.2009. 03.00h

Ja sabem que el folclorisme ha estat sovint un instrument al servei de les classes benestants a tota Europa des d'el segle XVIII; es tractava de fixar i enlairar la cultura d'arrel popular, i tot seguit prendre'n distacnia, quan ja evidentment el poble no volía cants de segadors. A Catalunya el més estrany es que la burgesía s'ho cregué, i en va voler esser protagonista. Al s.XVIII era encara una fenòmen viu al poble, es que ara no ho es? Quin es el criteri precís per a distingir manifesta... Lire tout le commentaire


#6. Nina 25.11.2008. 00.48h

Bonjour. La référence la plus ancienne à la pratique des "castellers" remonte au 17e siècle en Catalogne. On trouve des porters acrobatiques du même genre sur des fresques égyptiennes.


#5. daniel pujol 02.11.2008. 00.30h

En effet, la sardane telle qu'elle est observée aujourd'hui est certes une "invention" mais elle est inspirée notamment de danses grecques antiques.


#4. catalanlavertu 01.11.2008. 17.54h

Êtes-vous sur de vos références sur la création de la sardane il semble que des danses très proches existent ailleurs (Crète) et que la sardane soit une évolution de celles ci tradition et modernité....


5 !10 !20 !Tous
1
-
2 >

loading


Commentaires

Votre commentaire, envoyé avec succès, sera validé très bientôt.
loading

Les commentaires liés aux informations publiées par La Clau engagent exclusivement la responsabilité de leurs auteurs et ne sauraient en aucun cas engager la responsabilité de La Clau.
© la-clau.net, 2006-
Crédits | Mentions légales | PUBLICITÉ | CONTACT